logo Atelier Mähler

Menu

logo Atelier Mähler

Newsletter

Nouveautés et avant premières

Coordonnées envoyées

Comment souhaitez-vous être contacté ?

Ciel! Mon diamant!

Sebastian va se fiancer avec Sophie. Il est argentin.

Le jour de notre rendez-vous, je rencontre un couple touchant de gentillesse, de confiance et de simplicité. Leur amour réciproque saute aux yeux et c’est tellement beau!

Ils ont eu le temps de réfléchir à la bague de fiançailles qu’il lui offrirait. Une pierre de famille, un diamant important de taille ancienne, a été généreusement offert par la future belle-famille de Sophie. Il est monté façon solitaire d’une manière…surprenante: un style très épuré, très minimaliste et probablement avant gardiste: l’anneau est triangulaire.

Le couple me présente ce projet prometteur et me confie la bague argentine. Je repars donc avec et me mets au travail.

Quelques semaines plus tard, une fois les dessins validés, nous passons à la cire puis la fonte. Le travail avance bien et il est maintenant grand temps d’étudier notre future pierre de centre en commençant par la dessertir. Le diamant, comme toujours, est d’abord nettoyé à l’eau puis desserti. Et là, drame! En l’observant à la loupe, je remarque une fissure importante et traversante, parfaitement perpendiculaire à la table.

Je préviens immédiatement les tourtereaux en leur expliquant le risque de monter une telle pierre sur une autre bague: risque de casse soit au sertissage, soit plus tard…

Compréhensifs mais quelques peu désemparés, ils écoutent ma proposition. C’est entendu; nous tenterons de monter la pierre sur un pendentif en serti clos qui lui garantira sécurité et longévité autours du cou de Sophie.

Quant à la monture de bague déjà façonnée, elle attend patiemment la prochaine occasion dans la vie de notre couple si charmant pour se voir enfin dotée d’une gemme d’exception!

 

« Que d’émotions dans cette histoire, Jean-Philippe! Votre solution m’a séduite; le pendentif est splendide. L’histoire de cette pierre ancestrale s’est étoffée d’une nouvelle péripétie! Et finalement, c’est bien cela qui nous attache aux bijoux de famille plus que leur valeur, non? Merci! »