ActualitésQuoi de neuf ?

18Nov
2019

Redonner vie à un bijou ancien

Que faire de cette bague qui dort dans le coffre familial…

Je constate avec les demandes que je reçois que vous êtes nombreux à avoir hérité, un jour, d’une bague de famille : celle de votre arrière grand-mère, de tante Colette ou d’un oncle d’Amérique.

L’effet « heureuse surprise » étant passé, vous voilà donc propriétaire d’une bague…étonnante ou originale, aux formes parfois extravagantes et à la monture totalement démodée. « Son charme, c’est qu’elle est dans son jus ! » répétez-vous à vous-même comme pour vous en convaincre…

en savoir

Mais…non. C’est sans appel : Vous ne vous voyez pas la porter au prochain diner.

Mais alors, qu’allez-vous en faire?

D’abord, il se peut que cette bague soit l’œuvre d’un créateur disparu, ou pas. On reconnaît la griffe de l’artisan par le style de la monture, le choix des couleurs utilisées dans les pierres ou encore son poinçon. Ne désespérez pas ; votre bague, si elle ne vous plaît pas, peut intéresser des collectionneurs !

 

 

Bon. Ce cas de figure, soyons lucide, restant assez exceptionnel, passons à la 2ème option.

Commencez par ne regarder que la pierre de centre. Est-elle belle ? Sa couleur vous plaît ? Son éclat vous intrigue ? Si c’est le cas, c’est gagné ! Vous pouvez nous l’apporter ; nous vous dirons de quelle pierre il s’agit et comment, en fonction de vos envies, on peut la remonter.

Si la pierre est abîmée, ne désespérez pas ! A condition que sa taille le permette, nous pouvons la retailler, profitant ainsi de l’occasion pour repolir ses facettes et lui redonner de la brillance ! Vous serez alors très certainement surpris du résultat!

Inversement, si c’est la monture qui vous séduit mais que la pierre ne vous convient pas, nous vous ferons choisir des pierres qui peuvent s’adapter dessus, toujours en fonction de vos désirs.

Et n’oubliez pas que les pierres fines et précieuses sont des cadeaux de la nature. Il a fallu des millions d’années pour les fabriquer. Elles doivent désormais resplendir à la lumière ! Haut les cœurs !

 

bracelet or jaune végétal provence massif

05Nov
2019

Comme un parfum provençale en Irlande française...

Entre Madame O’Brian et l’Atelier MÄHLER, c’est une longue histoire. Il y a d’abord eu cette bague avec une belle citrine de 22cts. Puis une autre, quelques temps plus tard, mais cette fois-ci avec un péridot oval aux dimensions moins généreuses, mais tout de même. Et voilà qu’aujourd’hui, Madame O’Brian me contacte pour demande… Unique… Etonnante… Excitante!

en savoir

Madame O’Brian pourrait être irlandaise. Sa crinière embrasée de nuances rousses et flammes ondule avec élégance dans les couloirs de l’ambassade d’Irlande. Madame O’Brian est française. Curiosité ou coïncidence…elle seule le sait!

Cette quadragénaire au rire communicatif, heureuse et très coquette a cette fois-ci envie d’un bracelet. Mais pas n’importe lequel. Quelque-chose de végétal. Quelque-chose d’élégant. Quelque-chose qui en jette aussi!

Nous travaillons alors sur des dessins. De l’olivier à la fleur de lotus en passant par le ginkgo, une partie de plantes aux noms évocateurs y passe.Comme Madame O’Brian est exigeante, elle hésite, choisit puis revient sur son idée, l’étoffe de quelques feuilles ou la vide de ses fruits…

Quelques semaines plus tard, le ginkgo croit remporter l’affaire mais l’olivier et son doux et chaud parfum d’olives fait chavirer le coeur de notre élégante. Qu’il en soit ainsi: ce sera les olives et la Provence!

Voici donc le fruit de cette nouvelle association franco irlandaise!

06Sep
2019

La topaze se dévoile

La topaze est connue depuis l’Antiquité. L’origine de son nom semble incertaine. Certains affirment qu’il provient de l’île grecque Topazios, aujourd’hui renommée « Zabargad ». D’autres, quant à eux, sont convaincus que son étymologie vient du mot sanskrit « tapaz », qui signifie « feu ».  Quoiqu’il en soit, avec son superbe éclat et ses riches et belles couleurs, la topaze a toujours autant séduit qu’intrigué. Focus sur ce fascinant cristal !

en savoir

La topaze est une pierre fascinante. Et pour cause : elle a tout d’une grande !

D’abord sa dureté. Égale ou même supérieure à celle de l’émeraude (8 sur l’échelle de Mohs), elle lui permet d’être sertie en pierre de centre sans risque de cassure tout en lui garantissant une résistance aux chocs externes comme internes.

Sa couleur ensuite…ou plutôt ses couleurs ! Les cristaux de topaze offrent une richesse de couleurs étonnantes, allant du jaune  pâle au bleu sombre, en passant par l’incolore et le rose orangé.

Cette dernière, on l’appelle la topaze impériale. Elle est originaire de Russie et a été découverte au XIXème siècle dans les monts de l’Oural. Nommé ainsi en l’honneur du Tsar, c’est la plus noble, la plus belle, la plus chère. Elle associe avec subtilité et délicatesse le rose et des pointes d’orangé.

Malgré ces atouts, elle n’est pas la préférée des joailliers, qui ont jeté leur dévolu sur la bleue. Pourtant, cette couleur ne se retrouve que très rarement à l’état naturel. Ainsi, pour l’obtenir, elle est traitée par irradiation et chaleur.

On obtient alors trois bleus classifiés : la « Sky blue », semblable à l’aigue marine, la « Swiss blue », de la couleur d’un ciel d’été, vif et soutenu, et la « London Blue », bleu sombre, associant une légère nuance de vert et de gris.

Les autres couleurs sont les rouges, appelées « cerise », et les précieuses, c’est à dire les jaunes, les roses, et les oranges.

On trouve les topazes en Russie, mais aussi dans le Colorado, au Zimbabwe, en Australie…les plus gros spécimen de topaze se trouvent au Smithonian Institute, avec l’un d’entre eux pesant 7725carats ! D’autres, bleu naturel, originaires du Brésil, reposent à Chicago au Naturel History Museum et pèsent respectivement 614 et 5890cts  tout de même !

Alors, si la topaze était utilisée dans la Bible par Saint Matthieu « pour éclairer les cœurs obscurcis de fidèles qui le suivaient », n’hésitez pas à la faire resplendir à votre doigt, tout comme les égyptiens qui la nommaient « pierre d’or ».

Et pour toute question et projet, contactez-nous !

09Mai
2019

L’Atelier MÄHLER
s’installe à Bordeaux

L’Atelier MÄHLER, comme vous le savez maintenant, se développe et ouvre un bureau à Bordeaux ! Et ça, c’est une très belle nouvelle.

Mais pourquoi Bordeaux ?
Et bien d’abord, parce-que les bordelais sont nombreux  à venir me voir! Leur motivation est plus grande que la distance qui nous sépare. Et puis, me disent-ils avec un large sourire, « une bague de fiançailles ou une transformation valent bien 2 heures de train, non ? » Alors, c’est décidé : plutôt que de les faire venir à Paris, je viendrai désormais les rencontrer chez eux !

en savoir

Ensuite, Bordeaux, c’est ma ville de cœur. Mon père y est né. J’y ai passé de nombreux étés. J’en connais les codes, les rues et les vins ! J’ai une ribambelle de cousins qui y travaillent aujourd’hui et qui se réjouissent déjà à l’idée de pouvoir partager avec moi un cocktail chez Simone, au Cancan ou encore à l’Apothek.

Et puis il y a aussi le fait (et ça, ce n’est pas négligeable quand même !) qu’on m’a gentiment proposé de vous recevoir, chers amoureux de belles gemmes, dans un lieu historique, une bâtisse imposante, chargée de caractère et de subtiles parfums d’essences de bois rares. Je ne vous en dis pas plus, mais je suis certain que vous adorerez ! Bien sûr, cela le temps que les choses se mettent en place et que je trouve le bureau idéal. L’atelier restera quant à lui à Paris. Oui, déménager une équipe d’une dizaine d’artisans, ce n’est pas évident mais surtout, ce n’est pas l’objectif.

Ah ! Oui ! L’objectif : et bien parlons-en un instant. Ce que me disent les clients pour lesquels j’ai eu la chance de travailler, c’est que « l’aventure » Atelier MÄHLER est unique, tant par le service proposé que l’attention déployée à réaliser LE bijou tant attendu.
Il ne s’agira donc pas de vous imposer un modèle parmi une collection de dessins, ni une copie de bague existante. Non. L’ambition de la maison consiste à réaliser un joyau qui vous ressemble et qui soit fait pour vous.
Et pour cela, cette aventure est d’abord humaine. Il ne peut pas y avoir de « sur-mesure » sans une rencontre sincère et vraie. Ma motivation principale sera de comprendre ce qui vous anime, les couleurs que vous aimez, les formes qui vous inspirent, la personne que vous êtes…Tout est bon à prendre ! Alors, riche de toutes ces informations, je serai en mesure de vous dessiner des propositions de projets, uniques, juste pour vous. Nous nous occuperons ensuite de donner vie à l’un d’entre eux.

Ce fonctionnement vous interpelle ? Et il se trouve que vous avez un projet : des fiançailles, une transformation ? A moins que vous ne souhaitiez remonter une pierre qui dort depuis trop longtemps dans un coffre ? Si en plus vous êtes curieux et désirez en savoir plus sur le monde fascinant de la joaillerie et des pierres, alors n’hésitez pas ! Vous ne serez pas déçu !

On prend rendez-vous ?

21Mar
2019

La vente historique des bijoux de la reine Marie-Antoinette

Les 20 et 21 juin 1791, une page de l’Histoire de France se tourne. Le roi Louis XVI, jusqu’alors retenu prisonnier à Paris, organise son évasion et celle de sa famille immédiate : son épouse, Marie-Antoinette et leurs deux enfants.  L’objectif : rejoindre le bastion royaliste de Montmédy, à partir duquel le roi espère organiser une contre-révolution.

en savoir

Une suite de dysfonctionnements fera échouer le plan du monarque. Comme le dira Napoléon plus tard, « sans cela, la face du monde aurait été changée »…

Le jour J, entre peur et excitation, la reine, aidée d’une fidèle servante, emballe soigneusement dans du coton sa collection de bijoux qu’elle dissimule ensuite dans un coffre de bois. Le destin choisira de retenir le couple royal mais laissera le trésor quitter la France pour rejoindre Bruxelles puis Vienne, sous la bonne garde de l’empereur autrichien son neveu.

A la fin de la Révolution Française, alors que le fils du dernier roi de France a succombé en captivité, sa fille, Marie-Thérèse de France, est libérée, en décembre 1795. A son arrivée à Vienne, l’empereur d’Autriche lui remettra les bijoux de sa mère précieusement conservés. Sans enfant, ils seront alors légués à sa nièce et fille adoptive Louise de France, duchesse de Parme et petite fille du roi Charles X. Ainsi, la famille Bourbon Parme les conservera pendant plus de deux cents ans… jusqu’en novembre 2018.

Et en effet, ce mercredi 14 novembre 2018, la maison Sotheby’s a mis en vente ce patrimoine français inestimable, tant d’un point de vue historique qu’économique.

10 bijoux d’exception sont ainsi présentés à des acheteurs du monde entier. Parmi ces joyaux, on compte une superbe paire de boucles d’oreilles ornées de perles fines, un collier de perles fines, un autre à trois rangées et une bague aux armes de la reine et contenant une mèche de ses cheveux.

Mais surtout, le lot phare de cette vente exceptionnelle demeure ce pendentif en diamants avec une perle naturelle d’une taille incroyable.

Pendant 10 bonnes minutes, le Moyen-Orient luttera contre l’Europe. Les 2 enchérisseurs ne se font pas de cadeau et la vente est tendue. Finalement, l’Europe remportera ce duel dont l’acquéreur, un collectionneur privé, restera discret sur son identité. Le montant de la vente est en revanche de notoriété publique : 36,2 millions de dollars ! De quoi donner le tournis ! Quant au résultat de la vente des 10 bijoux, il atteint 42,7 millions de dollars.

C’est beaucoup me direz-vous. Bien sur. Pourtant, à l’image de ces pierres de famille dont la valeur sentimentale dépasse largement celle économique, nous pourrions nous demander si la France a bien fait de vendre cette collection au plus offrant ? Avec cette vente et après les vignobles, les châteaux, et autre patrimoine remarquable nationale, c’est une partie de notre histoire qui s’envole…

14Mar
2019

Pourquoi dit-on que l’émeraude est fragile?

L’autre jour, je parcourais les échanges écrits entre lectrices d’un blog très féminin…Le sujet : « Mon émeraude s’est cassée ! Que faire ! »
Pas moins de 75 commentaires (en moins de 24h), riches d’arguments, de conseils, de vérités et d’expériences personnelles accompagnaient ce sujet visiblement très inspirant. Au final, à part se constituer une photothèque évocative de très belles bagues de fiançailles, rien de très « technique » ne permettait d’en savoir un peu plus sur ladite fragilité de cette gemme mystérieuse. Alors, en avant : Focus sur l’émeraude !

en savoir

On estime l’apparition de l’émeraude à 4000 ans avant JC. Elle était alors une monnaie d’échange en Egypte, sur les marchés de Babylone.
Je ne vous parlerai donc pas du collier de la séduisante reine Cléopâtre ou de la légende selon laquelle cette pierre serait tombée du front de Lucifer lorsque ce dernier fut chassé du Paradis, ni du fait qu’elle serait tout simplement le joyau du Saint Graal. Non. Là, c’est plutôt de gemmologie dont il faut parler.

En effet, Parmi les caractéristiques des pierres, il y a la dureté (c’est la résistance aux chocs externes selon une échelle allant 1 à 10. Pour info, celle de l’émeraude, de la famille des béryls est de 8 contre 10 pour le diamant), la stabilité (c’est la résistance aux rayonnements lumineux, aux produits corrosifs…) et la ténacité (résistance aux chocs internes).
L’émeraude a une faible ténacité. Cela signifie que l’onde générée par un choc externe peut provoquer, non pas en surface mais dans la pierre, de gros dégâts. J’ai ainsi lu l’autre jour dans le blog en question que certaines des pierres avaient ainsi été fissurées.

Vous avez probablement remarqué que certaines émeraudes sont habitées de “jardins“. Ce sont en réalité des fissures (ou des givres) provoquées par une cristallisation (c’est à dire un refroidissement de la matière en fusion) sous haute tension. Certaines de ces fissures peuvent même atteindre la surface de la pierre (on parle alors de givres ouverts). Elle n’en sera alors que plus fragilisée.
D’autres restent internes et formeront alors un « paysage » : les fameux jardins. Elles seront un peu moins fragiles que les premières, mais toujours potentiellement cassantes.

Ajouter à cela que l’émeraude est très sensible à la chaleur et que toutes les précautions doivent être prises avant d’en approcher un chalumeau, ou un four bien chaud dans lequel mijote le bon poulet dominical.

Enfin, sachez que les plus belles qualités d’émeraudes n’ont pas de givre (colombiennes le plus souvent). Celles-ci sont alors aussi solides que l’aigue-marine ou la morganite, deux jolis béryls plus ou moins connus, l’un bleu et l’autre rose.
Mais consolez-vous : les inclusions de cette pierre, quand elles ne sont pas trop nombreuses, sont un gage d’authenticité par-rapport aux pierres de synthèse et aux imitations !

Pour le reste, nous nous tenons à votre disposition !

07Fév
2019

Les bagues de fiançailles de 2019 by L’Atelier MÄHLER

Ça y est ! Dans 1 mois et demi, fini l’hiver!
Les jours rallongent, tandis que la nature sort timidement de sa torpeur hivernale. De mon scooter, à l’heure où j’emmène ma fille à l’école, nous contemplons tous les deux le spectacle majestueux de ces cieux aux couleurs flamboyantes.

en savoir


Les amoureux, eux, attendent l’arrivée du printemps pour officialiser leur engagement. Et tout comme la nature, leurs fiançailles, c’est la promesse d’une vie nouvelle, riche, colorée, pleine de grâces et de délicatesses. Et la plus belle d’entre elles, c’est ce premier très beau cadeau : une bague, symbole de confiance, de convictions et d’amour.
Alors, quelle est la tendance 2019 chez l’Atelier MÄHLER? Que façonne t’on dans l’ombre des ateliers parisiens? Focus !

Les premiers appels ont retenti dès le début du mois de janvier. Au programme : des rencontres sur fond de musique jazzy, des éclats de rire, du café aussi, ou de l’eau « du robinet ! Cela vous convient ? » Mais surtout, de l’écoute, des esquisses en temps réelles, des explications à profusion, pour du sur-mesure, du raffiné, de l’unique !
Vous ne savez pas ce que vous voulez ? Tant mieux ! C’est là notre vraie valeur ajoutée : Vous faire découvrir ce que vous aimerez !

 

UNE STAR EST NÉE…

 

Mais parlons d’abord des pierres.
Lors de ces échanges bien animés, le saphir a la part belle. Ovale, coussin ou rond, il séduit toujours autant. « Pastel », « cornflower » ou encore « peacock », la sensibilité à ces nuances de bleus appartient à chacun. Et évidemment, lorsque la gemme est associée au diamant, le cocktail devient limpide, comme une évidence. Le saphir ne déçoit jamais. Son éclat, sa taille et la vie qui s’en dégage en font la star des fiançailles !
Or, vous le savez, le saphir se décline en de nombreuses couleurs : rose, jaune, vert, orange, gris, blanc, brun…
Et cette année, les jeunes femmes les réclament, ces couleurs différentes ! Animées par cette phrase devenue culte : « Je veux quelque-chose de classique, mais tout de même original », elles acceptent volontiers d’envisager une monture ornée d’un magnifique saphir « Mekong whisky », « hot pink » ou encore « Padparadscha ».

BRILLER COMME UN DIAMANT…

 

L’autre pierre vedette, bien sur, c’est le diamant. Alors, pour celles qui misent sur sa blancheur et sa pureté pour s’associer sans problème à toutes leurs tenues, il est parfait ! Son éclat adamantin fait scintiller les yeux et palpiter les cœurs. Attention cependant car son prix est à la hauteur de l’effet qu’il produit ! Le compromis sera alors la taille ancienne, une pierre « dans son jus », qui a vécu, moins pétillante mais au charme fou !

Et les montures alors ?
Ahhh les montures ! Donner vie à un bijou !! Rien de plus magique !
Alors dans la famille du Sur-Mesure by L’Atelier MÄHLER, il y a par-exemple ce couple de bretons, animé par le rêve d’un tour du monde à la voile, d’espaces et de liberté, pour qui nous réalisons une bague « rose des vents » que vous découvrirez bientôt sur le site.
Il y a aussi ces trentenaires du sud de la France, catholiques engagés, qui souhaitent confier leur engagement au regard bienveillant de la Providence. Alors, pour cette occasion, nous l’inviterons, avec toute la discrétion qui la caractérise, sur la bague de la fiancée.

Bien sur, les modèles plus classiques sont toujours d’actualité. Personnalisés, ils s’accompagnent de volutes, de courbes, d’angles, d’entourages…beaucoup de mouvements pour une vie que l’on souhaite dynamique et animée.

UNE NOUVEAUTÉ PAS SI NOUVELLE QUE ÇA…

Et puis, grande nouveauté cette année, nous constatons le retour de la bague bandeau, mixant or jaune et or blanc ou platine. Délimitée par des anneaux « nord / sud » festonnés, elle révèle en son centre émeraudes, diamants ou saphirs sertis selon ses goûts, en griffes, en clos, ou les deux pourquoi pas ?! Des bagues importantes et aériennes que les femmes assument avec maturité et élégance.

Ainsi, vous l’aurez compris : sur fond de tendance 2019 haute en couleur, les pavages de diamants, le mouvement et le sur-mesure ont la côte. De beaux projets pétillants et lumineux sont en train de voir le jour dans notre atelier parisien, pour le plus grand plaisir de nos fiancés conquis et impatients. Et vous ? Où en êtes-vous ?

Enfin, et parce-que nous sommes fiers de ne ne jamais faire comme les autres, Nicolas, Jean-Christophe, Victoria, Phung, Elise, et Denis se joignent à moi pour vous souhaiter, (oui oui, en février), une très belle et douce année 2019 !

25Jan
2019

Piaget : nouvelle collection Sunlight Escape

Piaget…Cela vous dit quelque-chose ?
Spontanément, je pense d’abord à l’horlogerie de luxe. Ou plutôt au fabriquant de mouvements…avant celui de créateur de montres bracelet ou de poches, mais toujours d’exception.
Et puis vient alors la joaillerie…plus récente dans l’univers du créateur. La joaillerie deviendra haute-joaillerie avant d’aboutir à des collections audacieuses, fascinantes et incroyablement riches. Focus sur la dernière d’entre elles : Sunlight Escape.

en savoir

Depuis la Côte-aux-Fées, petit village jurassien suisse situé à 1000m d’altitude jusqu’au 16 de la Place Vendôme à Paris : 145 ans d’histoire passionnée.
Depuis 1874 jusqu’à aujourd’hui, 145 ans d’aventures d’une famille à qui le fondateur, Georges-Edouard Piaget, associera la devise : «Faire toujours mieux que nécessaire ».
Depuis le premier « Salon Piaget » inauguré en 1959 à Genève ou les premières créations de haute-joaillerie de la Maison côtoient ses montres d’exception jusqu’à 2018, apparition de la collection Sunlight Escape, 60 ans de recherche permanente de beauté, de raffinement et de couleurs.

Et en ce mois de juin 2018, Piaget dévoile en effet pas moins de 90 pièces de haute joaillerie dont les nuances nous rappellent la lumière des régions polaires.
A cette occasion, Nelly Saunier, artiste plumassière et lauréate du Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main, collabore avec la célèbre maison. Cette association mise sur des formes résolument contemporaines tout en célébrant la pureté des paysages de glace.
Au rendez-vous, des pierres exceptionnelles, comme cette tanzanite taille émeraude de 24,26 carats, centre d’une manchette en or blanc pavée de 613 diamants.

Il y a également ce collier au design très graphique comme modelé par les glaces rappelant la pâleur d’un matin arctique. Pour transmettre cette émotion, les lapis lazuli côtoient 67,34cts de tourmalines Paraïba taillées façon baroque (tout de même !) et les diamants. L’ensemble du bijou est couronné d’un saphir birman de 18 carats, taillé en poire.

Et puis, on ne pourrait parler de cette collection aussi glaciale qu’exceptionnelle sans évoquer la présence des plumes sur les manchettes et boucles d’oreilles de Nelly Saunier. En effet, l’artiste, comme expliqué précédemment, met en scène et emploie cette matière avec une dextérité sans précédent. Leur assemblage avec des feuilles d’or rose révèle un jeu de couleur rappelant comme une évidence le miroitement du soleil sur la neige givrée. C’est totalement éblouissant et troublant de réalisme!

Nous avons été complètement fascinés par cette collection hors norme, tant par sa beauté que par la qualité des pierres utilisées. Par ailleurs, ses lignes, ses angles, ses mouvements et ses formes représentent divinement bien l’univers glacial du Grand Nord, « là où le soleil ne se couche jamais en été, là où la lumière évolue en permanence ».
Bon. Ceci étant dit, ces bijoux d’exception étant destinés à n’être que très peu portés, pour tous les autres, n’hésitez pas à venir nous voir ! Nous vous ferons aussi rêver !

Une information,
un rendez-vous…
Nous restons à votre écoute





Uniquement
sur rendez-vous

Paris
1 rue de Châteaudun
75009 Paris

BORDEAUX
49 rue Camille Godard
33000 Bordeaux