ActualitésQuoi de neuf ?

29Sep
2020

Les piliers fondateurs de la bague de Clémence

Nous sommes le 24 juillet 2020. Il fait chaud ce jour-là. J’attends un couple de fiancés. Ils habitent en province et ont dû prendre le train pour venir me rencontrer.

18H. Malgré la distance, ils sont à l’heure. Clémence et Tanguy entrent dans mon bureau.

en savoir

Aussitôt, deux choses me sautent aux yeux : le sourire rayonnant de Clémence et la carrure de Tanguy. Arrivée, présentations et café. Nous faisons connaissance.

Ils se fiancent en septembre et recherchent une bague de fiançailles sur-mesure. Pourquoi sur-mesure ? « Car ce bijou n’existe pas, me dit la jeune fiancée. Nous avons une idée assez précise de ce que nous souhaitons et seul un créateur peut comprendre notre attente et dessiner ce projet qui nous tient à cœur. »

Impatient d’en savoir plus, je les questionne. Voici alors la réponse de Tanguy :

« Les fondations de notre amour l’un pour l’autre reposent sur un triple socle : Dieu, notre famille, notre patrie.

Pour notre Foi, nous avons choisi le bleu du saphir. C’est la couleur de la Vierge Marie.

Notre famille, c’est le seul endroit sur terre où la puissance d’un Amour authentique, inconditionnel et sincère se révèle. C’est un nid où il fait toujours chaud et dans lequel on se sent bien. Nous nous devons de la préserver, de la protéger.

Enfin, notre pays, c’est notre fierté : beauté et diversité des paysages et des reliefs, splendeur d’une histoire haute en couleur, forgée par des hommes et des femmes engagés, exigeants et soucieux de révéler le Beau et bien sur, la France, fille aînée de l’Eglise… »

Devant tant de convictions si simplement révélées, comme des évidences, je ne peux que saluer ce couple en devenir. Ils m’impressionnent ! Je pense également, non sans une certaine pression, à mes dessins qui vont devoir reprendre ces thèmes, évidemment !

Et je comprends mieux maintenant les tatouages qu’arborent fièrement Tanguy, militaire et officier dans le Génie : croix de Jérusalem à la main, Coeur sacré de Jésus sur l’épaule…et sans oublier ceux que je n’ai pas assez bien vus pour les reconnaître !

Clémence, quant à elle, acquiesce en souriant. Elle est lumineuse et la perspective de la personnalisation de sa bague l’enchante.

Depuis cette fin de mois de juillet, le projet a progressé. Le bijou a été livré à temps pour des fiançailles la semaine dernière.

 

Cette bague, la voici, accompagnée d’un mot très gentil de Clémence. Soyez heureux chers fiancés et merci!

 

« Cher Monsieur, 
Par ce message je viens, avec Tanguy, vous remercier pour le travail formidable que vous avez effectué pour créer la bague de nos fiançailles. 
Vous avez exactement su exprimer l’esthétique de nos valeurs dans ce bijou. 
Je suis ravie d’avoir laissé le choix final à Tanguy. C’était un vrai plaisir que de le mettre dans le secret avec vous. J’étais persuadée qu’il désignerait le second projet, avec les lys. Et pourtant je m’étais dit que la troisième proposition aurait vraiment fait sens. Imaginez alors ma surprise samedi lorsque nous étions à genoux devant l’autel quand j’ai découvert qu’il avait opté pour la bague aux Sacrés-Cœurs et à la croix. Il n’aurait pas mieux choisi! La bague lui plait énormément aussi.
Une amie m’a dit que « c’est vraiment nous » cette bague, et c’est le plus beau compliment. Bravo !
Encore un grand merci. Nous nous reverrons peut-être pour nos alliances dans quelques temps 😉 »
A bientôt,
Clémence et Tanguy 

24Sep
2020

Fiancés : Connaissez-vous l’origine des fiançailles ?

A cette question, je sais déjà ce que vous allez me répondre :

– « Ben oui ! On se fiance car nous nous aimons et que nous souhaitons ainsi, par ce 1er engagement, officialiser le début d’un temps de discernement qui nous confirmera, ou pas, que nous sommes faits l’un pour l’autre ! »

Et vous aurez raison ! « Mais là, je vous parle plutôt de l’origine des fiançailles »… Silence éloquent…!

en savoir

-Et bien cela remonte à l’Antiquité romaine.

A cette époque, la coutume veut que le couple s’échange un anneau de fer ou de vermeil. Pourquoi un anneau ? Tout simplement car il représente un amour sans fin…Chacun le porte à l’annulaire gauche car par là passe une veine menant directement au cœur.

Cette tradition perdure jusqu’au Moyen-Age.

Mais un beau jour de 1477, un certain Maximilien de Habsbourg offre à Marie de Bourgogne un anneau serti d’un diamant. Une nouvelle tendance naît alors : la bague habillée de diamants, pierre extrêmement dure aux caractéristiques physiques exceptionnelles, devient alors le symbole d’un engagement fidèle.

Et comme l’amour est source d’inspiration, des variations de l’anneau apparaissent et des couleurs jaillissent des montures qui se parent de saphirs, rubis ou autres émeraudes…

Mais finalement, c’est en 1940 que le géant mondial du diamant de Beers, à l’occasion d’une campagne de publicité absolument géniale, va définitivement marquer dans l’inconscient collectif l’association incontournable de la pierre précieuse, des fiançailles et de l’amour, par des slogans du style : « Le diamant est éternel » ou encore « Les diamants sont les meilleurs amis d’une femme ».

Mais attention : Si une bague est le symbole d’un engagement amoureux, il ne fait pas tout ! L’amour se partage à deux et vient d’abord du cœur !

22Sep
2020

Au secours! Quelle pierre pour mes fiançailles?

Parmi les futures fiancées rencontrées, il y a les rêveuses, celles qui s’y prennent à la dernière minute, les « je sais exactement ce que je veux » et les indécises.
C’est plutôt à ces dernières que ce post est destiné, quoique…

en savoir

Pour commencer, vous devrez sélectionner la pierre de centre. On la choisit principalement parmi les 4 pierres précieuses. Et pourquoi me direz-vous ? Parce- qu’elles offrent une très bonne dureté ! Vous porterez votre bague de fiançailles tous les jours de votre vie. Elle sera soumise aux chocs, aux agents extérieurs, aux frottements…Mieux vaut que la pierre soit solide !

Vous avez donc le choix entre diamants, saphirs, rubis et émeraudes.

Le diamant est la pierre la plus dure (dureté de 10). Elle est synonyme de pureté et de fidélité. Il a un éclat adamantin qui lui permet de scintiller de 1000 feux ! Il se monte sur de l’or blanc, du platine ou de l’or jaune. C’est une pierre très chère.

Le saphir comme le rubis font parti de la famille des corindons. Ils ont les mêmes caractéristiques techniques, donc la même dureté : 9.

Le saphir est souvent choisi bleu bien qu’il offre une multitude d’autres couleurs fascinantes: vert, jaune, rose, gris, incolore ou encore orange…

Le bleu se décline en un grand nombre de nuances. La plus recherchée est le bleu royal ; c’est aussi la plus chère. Plus on l’éclaircit et plus les prix s’adoucissent !

Il s’accorde avec tous les caractères, les couleurs et les envies. C’est une valeur sure !

Le rubis quant à lui est la pierre de la passion. Son rouge le plus subtil est le « sang de pigeon » de Birmanie. C’est le plus rare et ses prix peuvent atteindre des sommets.

Quoiqu’il en soit, ces 2 pierres se marient parfaitement bien avec les ors blanc ou jaune, bien que ce dernier révèle une facette plus classique de la personnalité.

Enfin, il vous reste l’émeraude. De dureté 8, elle est réputée plus fragile que les autres. En effet, sa ténacité, c’est à dire sa résistance aux fractures internes, est faible. Il faut alors privilégier les sertis clos qui réduiront l’impact d’un choc, à moins de choisir une pierre de très belle qualité !

Et le choix de la monture ? Le plus simple, c’est de nous appeler !

A bientôt !

20Août
2020

Une naissance haute en couleur

Domitille et François ont souhaité me rencontrer pour un projet de bague de naissance. Une petite fille va bientôt venir partager la vie de ce couple de jeunes mariés. Joie !

Pour cette occasion, la future maman m’annonce rapidement qu’elle ne souhaite surtout pas que ce bijou vienne remplacer sa bague de fiançailles. Non. Elle préfère quelque-chose de différent, de moins « précieux».

en savoir

En la questionnant, je note qu’elle désire une pierre de centre rouge. « Mais cela n’est pas obligatoire » précise-t’elle : « La pierre peut être remplacée par un pavage ».

Elle insiste également sur le côté « sport » de cette bague qui doit pouvoir être portée tous les jours et facilement.

Par ailleurs, l’alternance de pavage et d’or poli serait un plus et la présence de 1000 grains indispensable. Cela apporte « du peps, de l’originalité et du fun ! »

bague rubis

Nous évoquons la forme de la monture. Elle aime les lignes du « bandeau » et souhaite que l’espace entre les anneaux soit comblé par des motifs géométriques.

Le rappel de couleur de la pierre de centre est une option possible, quant à la couleur de l’or, il sera jaune pour bien mettre en valeur les pierres de pavage.

Pendant tout ce temps, François est très actif. Il intervient, commente, argumente. Il écoute son épouse et valide ses souhaits en acquiesçant d’un signe de tête.

J’attache beaucoup d’importance à l’univers de ce jeune couple sympathique.

Ainsi, entre salles des ventes et passion pour les années 60, entre danse classique et montagne, le trinôme en devenir occupe bien son temps.

Une heure et demi plus tard, il est l’heure de se quitter. Nous nous reverrons pour le choix de la pierre et pour la remise de la bague.

Ce qui fut dit, fut fait ! En retour, et en guise de remerciements, Domitille, devenue jeune maman, trouva le temps de m’envoyer de délicieux et gentil mot, que je vous laisse découvrir !

 

Bonsoir Jean-Philippe,

Je prends enfin le temps de vous écrire pour vous remercier de tout le travail réalisé sur ma superbe bague de naissance!

Cela fait désormais un mois que je la porte, et ne me lasse absolument pas de l’admirer: tout y est parfait, le rubis central si rouge et lumineux, le pavage or jaune/diamants/rubis, le mille grains si fin. C’est une bague à la fois précieuse et sport, surtout moderne et avec du caractère, je suis conquise!

François et moi avons également beaucoup apprécié nos échanges.

Merci pour le temps d’écoute de qualité que vous nous avez consacré. L’expérience, de la description du bijou rêvé jusqu’à la modélisation 3D en passant par les dessins, était très intéressante et riche. Je compte d’ailleurs faire un petit livret de tout cela pour que Joséphine en ait trace le jour où la bague lui reviendrait (d’ailleurs, si jamais vous avez pris des photos de la bague avant de nous l’avoir remis, je suis preneuse car cela ne pourra qu’enrichir ce petit livret!) !!!

J’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir bientôt. Encore merci merci pour cette bague magnifique. Bel été à vous et à votre famille!

 Domitille

28Juil
2020

4 points gagnés et une fleur pour l'éternité

Vous est-il déjà arrivé de vous faire flasher, en ville, à 2 ou 3 kms/h de plus que la limite autorisée? Si bien qu’un beau jour, à force de cumuler les retraits de points, vous avez la chance de recevoir un courrier de la Préfecture de Police vous encourageant à passer un  « stage de récupération de points » ? Oui ? Et bien moi aussi !

C’est à l’occasion de cette expérience sociologique et humaine étonnante que j’ai rencontré Cédric.

en savoir

Il s’est retrouvé embarqué dans le même stage que moi. Ainsi, nous nous retrouvons, comme une quinzaine d’autres coupables, autour de tables disposées en un « U » allongé. En face de moi, Cédric, la cinquantaine. Lunettes en écailles, visage rond, gentillesse débordante, sourire généreux et humour désopilant. Que du bonheur. Les 3 jours passeront vite !

On déjeune ensemble. Le 2ème jour. Nous avions remarqué certaines similitudes entre nous et comme le rappelle le dicton : « Qui se ressemble s’assemble ».

Il me raconte les circonstances de sa présence ici . Puis sa famille, son métier. La finance. Sa femme aussi et cet écrin de verdure de l’ouest parisien dans lequel sont nés 3 beaux enfants.

A mon tour. Et nous faisons ainsi connaissance. Il est très intéressé par la profession que j’exerce et me pose beaucoup de questions. Il semble avoir une idée derrière la tête.

Le lendemain, à l’heure du déjeuner, nous reprenons notre discussion de la veille. C’est à cet instant qu’il m’annonce les 50 ans prochains de son épouse, Marie, à qui il aimerait offrir un beau bijou. C’était en décembre 2019.

A la fin de notre stage, nous nous séparons avec la promesse qu’il me rappellera le moment venu.

En mai, après 5 mois de silence et un Covid, coup de fil de mon ami Cédric ! Joie ! Nous prenons rendez-vous avec Marie cette fois-ci. Elle est au courant du projet et se prête au jeu avec grand plaisir.

Je découvre cette femme élégante et raffinée au caractère affirmé. Elle sait ce qu’elle veut, aime le rose, le végétal, la finesse et ajoute, avec un sourire : « Je veux une grosse bague qui déborde sur les autres doigts ! ».

Aussitôt dit, presqu’aussitôt fait ! Quelques croquis, dessins, modélisations, et maquettes plus tard, la fleur apparaît dans toute sa splendeur. Le dégradé de saphirs roses s’éclaircissant vers l’extérieur révèle des jeux de couleurs étourdissants tandis que le rubis de centre raconte l’amour de ce couple délicieux.

Merci chers amis !

16Juil
2020

Aujourd'hui, une rose est née

Il y a 35 ans, par un matin de printemps ensoleillé, une jolie rose a vu le jour. Timide dans son écrin de délicatesse, ses yeux se sont ouverts. Emerveillée par la beauté du monde qui l’entourait, elle s’est petit à petit épanouie. Ses pétales fins et élégants se sont déployés, hésitants et fragiles.

en savoir

Ainsi, matins après matins que Dieu lui donnait, elle grandissait.

En même temps qu’un doux parfum aux essences subtiles et parfaites naissait du fond de son cœur, son corps élancé se parait d’un manteau d’épines redoutables : Pour ravir son cœur, il fallait le mériter…

La belle a grandi avec innocence et émerveillement.

Tandis qu’elle resplendissait au milieu de ses congénères, reine parmi les reines, un égopode s’est approché. Progressivement. Lentement. Et il lui a fait la cour, des jours durant…

Elle était encore jeune et naïve. Vivant de sa fraîcheur, au jour le jour, elle s’est laissée séduire par cette plante à l’appétit gourmand. Si bien qu’un jour, elle lui a dit : « oui ».

Tout était bien au début. Puis, progressivement, en même temps que des bébés roses naissaient avec eux, le colonisateur est devenu envahissant. Prenant chaque jour un peu plus de ce soleil dont elle avait tant besoin, notre princesse s’est sentie dépérir. Sentant la tristesse l’envahir, la submerger même, inquiète pour ses petits et pour elle aussi, sa survie a fini par ne dépendre que de ses épines…qu’elle a sorties…

Telle une lionne avec ses petits, à force de courage et de volonté et accompagnée par une folle envie de vivre, elle a finalement supprimé les racines de cette amour de jeunesse et tente aujourd’hui de se refaire une beauté.

Cette bague en fait partie. Cette bague est tellement symbolique. Elle représente l’espoir, la volonté, la féminité disparue, la séduction oubliée, la vie qui recommence… Elle représente le renouveau dont notre rose a besoin.

Aujourd’hui, par ce beau matin d’été parisien, une jolie rose a vu le jour…

07Juil
2020

Just in time!

La 1ère fois que j’ai rencontré ce couple de « bientôt fiancés », c’était sous l’œil attentif de la maman de Paul. Echanges de sourires et politesses…puis on entre dans le vif du sujet.

Hermance semble timide tandis que son fiancé, souriant, attend impatiemment d’en savoir un peu plus…

en savoir

La conversation s’anime. Notre fiancée souhaite un rubis, très rouge, très pur, très beau ! La barre est haute ! Elle sait parfaitement ce qu’elle veut et trouve les mots justes pour l’exprimer.

La maman, discrète, intervient ponctuellement pour apporter une précision ou poser une question que le couple d’amoureux pourrait oublier.

Rubis et

Les idées naissent…Il faut que la pierre de centre respire et que l’ensemble paraisse léger et raffiné. Un serti clos serait donc trop imposant et s’efface au profit de griffes en pointe.

Paul quant à lui n’hésite pas à prendre la parole quand il le faut. Avec un visage très bienveillant, il sait faire passer les messages avec beaucoup de tact et de finesse.

Nous progressons.

Pour comprendre le caractère d’Hermance et son univers, il faut creuser dans son histoire.

Ainsi, j’apprends avec amusement que si nos deux tourtereaux se sont un jour rencontrés, c’est grâce à l’intervention discrète de leurs grands-mères respectives. Puis, le destin ou la Providence fera le reste…

Je découvre également que si l’un et l’autre ont intégré cette école militaire prestigieuse, c’est qu’ils partagent des valeurs communes : la rigueur, l’exigence, l’amour de leur pays, la Foi.

Enfin, ils m’annoncent que les fiançailles auront lieu dans 3 semaines. Douche froide…ou challenge ambitieux !

Finalement, j’opte pour le challenge. L’équipe de l’Atelier Mähler se met en marche pour honorer cette date. Les dessins personnels sont envoyés tandis que l’un d’entre eux fait l’unanimité.

Il reste encore à trouver la place de ce petit rubis de pavage auquel Paul tient beaucoup. Et puis, ça y est !

 

J-1 : livraison de la bague. Les fiancés étant indisponibles, c’est donc la maman qui réceptionne ce trésor ! Soulagée par le respect du timing, elle exprime son entière satisfaction avec beaucoup de joie.

Quant à moi et une fois de plus, j’ai pris beaucoup de plaisir à cheminer un instant de vie avec ce couple dont je garderai un excellent souvenir !

Voici le message de la maman de Paul :

 

« La bague est magnifique et je vous remercie d’avoir fait en sorte que nous l’ayons pour dimanche. Un immense merci pour cette aventure à laquelle j’ai participé avec beaucoup de plaisir et qui m’a donnée quelques idées !

04Juin
2020

M comme Anne

M comme Anne, c’est l’histoire d’une rencontre aussi touchante qu’exaltante.

M comme Anne commence dans notre atelier parisien, un soir du début de l’année…Les parents que j’accueille ont 4 jeunes enfants et portent un projet de longue date: celui de refaire cette bague de fiançailles, récente,  mais dont la pierre a été vendue cassée par un joaillier parisien peu scrupuleux… Par ailleurs, elle ne correspond pas vraiment à ce qu’ils attendaient…

en savoir

M comme Anne, c’est un échange sincère et simple, plein de vérité et d’admiration. C’est aussi le constat d’un parcours de vie dont nous partageons certaines étapes.

M comme Anne, c’est l’histoire de ce projet familial un peu fou consistant à traverser la France à dos d’âne pour rejoindre Lourdes. Le fil conducteur des parents: offrir à leurs enfants, et en particulier à l’une de leurs petites filles malade, une vie intense et belle où l’émerveillement quotidien est une grâce.

M comme Anne, c’est ce périple de 2 mois à travers champs et forêts, guidés par la présence bienveillante de Marie.

M comme Anne, c’est le retour de cette aventure familiale extraordinaire avec cette volonté de donner du sens à cette bague.

M comme Anne, ce sont ces saphirs en épaules composés de 3 nuances différentes de bleu, du centre aux extrémités et ponctués de petits diamants sobres et délicats. Ce sont aussi ces anges aux poires ailées et au corps diamanté que l’on devine sur les côtés.

M comme Anne, c’est l’histoire de belle cette rencontre aussi touchante qu’exaltante…merci chers amis! Soyez heureux et que Dieu vous bénisse+

10Mai
2020

A la découverte du spinelle

Nous vous proposons aujourd’hui de nous attarder sur l’une des plus fascinantes des pierres fines: le spinelle. Et oui! Le spinelle n’est pas une pierre précieuse. Il pourrait. Mais non. En revanche, il se peut qu’il le devienne un jour ! C’est peut-être pour cela qu’il prend tous les jours un peu plus de valeur ? Qui sait ?

A cet instant, j’en entends déjà certains d’entre vous grommeler : « Mais de quoi parle-t’il ? Spinelle ? Connais pas ! » Sans plus attendre, focus sur cette pierre légendaire.

en savoir

Légendaire, oui ! Elle a fait couler beaucoup d’encre ! Imaginez par-exemple que le « Rubis du Prince Noir », célèbre pierre ornementale de la couronne d’Angleterre, de couleur rouge intense, soit en réalité un spinelle de 170cts. Il a fallu attendre la naissance de la gemmologie et les progrès en physique et chimie pour découvrir la supercherie ! Drôle de surprise pour nos amis d’Outre-Manche !

Oui, vraiment, le spinelle a tout d’une grande :

La dureté d’abord. Elle est de 8 sur l’échelle de Mohs, comme l’émeraude, les topazes et d’autres encore.

L’éclat ensuite. Quel éclat ! Identique à celui du diamant, la pierre, quand elle est bien taillée, devient extrêmement lumineuse et scintillante.

Sa couleur : Cette gemme existe dans presque toutes les couleurs mais sa variété la plus prisée est d’un rouge voisin de celui du rubis. On atteint alors des sommets !

L’origine de toutes ces nuances provient de la présence, lors de la cristallisation, de chrome, de fer, de vanadium.

Le spinelle partage les sites où l’on trouve le saphir et le rubis. Ainsi, les principaux gisements alluvionnaires se situent au Myanmar, mais aussi au Sri-Lanka ou encore en Afghanistan.

Quant aux deux plus gros spinelles jamais découverts, ce sont des cristaux octaédriques roulés, pesant chacun 520ct et conservés au British Museum, à Londres.

Si vous avez un jour l’occasion de vous offrir un spinelle, faites-le ! Cette pierre se remarque. Elle est intrigante et vraiment atypique. Encore méconnue, elle mérite largement d’être portée et magnifiée sur des montures élégantes et raffinées.

Vous voulez en savoir plus sur le spinelle ? Vous pouvez bien sur contacter l’Atelier Mähler !

23Avr
2020

Jusqu'au bout de ses idées...

Pour cette nouvelle bague de fiançailles, les indicateurs sont au vert. En effet, les parents de Guillaume ont déjà fait appel à l’Atelier MÄHLER pour  une  transformation, quelques années auparavant. Très satisfaits par le résultat, ils m’ont envoyé leur fils aîné et leur future belle-fille l’année dernière pour leurs fiançailles. De cette rencontre était née une belle bague, toute en dentelle diamantée, très épurée et imposante.

en savoir

Conquis par le travail de l’équipe, c’est, cette fois-ci, le second de la fratrie Guillaume qui me contacte. Le rendez-vous est pris. Nous nous voyons dans la semaine.

Le soir en question, j’accueille donc notre couple qui se présente à l’heure dite. Je découvre alors un grand et costaud gaillard, au sourire franc, au regard droit. Il est accompagné de Sophie, jeune fille pétillante et jolie, dont l’énergie et la spontanéité tentent de se dissimuler derrière une réserve de circonstance. Sourires, cafés et on s’installe.

Notre fiancée a bien étudié la question. Elle me fait rire. Très vite, sa timidité s’estompe au bénéfice d’un naturel et d’une fraîcheur délicieuse. L’historique familial joue probablement en la faveur de notre échange, mais j’ai le sentiment que nous sommes finalement trois amis qui se retrouvent pour discuter de choses et d’autres. C’est très agréable et rigolo à la fois!

Nous évoquons les formes du futur bijou, ses angles s’il y en a, son contour, ses pierres. Sophie est formelle: elle souhaite du diamant…tout en rajoutant, amusée et avec un humour complice, que celui de centre sera gros! Elle aime ainsi la douceur de l’or rose, plus velouté que le jaune et moins froid que le blanc. Je hoche la tête en signe d’approbation. Nous rentrons dans les détails des sertissages, de l’envers de la monture et de la largeur du bijou. Tout y passe. Le couple se prête au jeu avec assiduité et beaucoup d’intérêt. Puis nous nous séparons avec le sentiment d’avoir passé un excellent moment. L’heure est aux propositions…

10 jours après, une planche de dessins leur est envoyée. Sophie est sous le charme de l’un d’entre eux. Elle est emballée et sa joie est éclatante. Sauf…qu’elle aimerait modifier un détail: le sertissage des pierres dessinant les poires d’épaules. Je les ai imaginées encadrées par un élégant filet délicat; elle les souhaite en serti descendu, sans filet. Questions, conseils et…questions…encore…. Elle est hésitante et n’arrive pas à statuer. Malgré mon insistance bienveillante à opter pour le filet, elle doute et finit finalement par valider…mais non! Elle revient sur sa décision…Guillaume joue le rôle d’intermédiaire dans ces échanges qui s’éternisent. Les jours passent…et il faut se décider! Il a jeté l’éponge et je m’entretiens désormais avec sa fiancée. Elle aura finalement le dernier mot: ce sera un serti descendu!

La bague sera ainsi réalisée et remise au couple en soirée. Malgré l’excitation, elle n’aura le droit de la découvrir que  le jour des fiançailles. Quelle frustration pour notre Sophie et son caractère bien trempée. Sa joie sera à la hauteur de sa patience…Je vous livre ci-dessous son petit témoignage écrit, son plus grand remerciement étant son éclatant sourire, quelques jours plus tard, au bureau.

 

« Cher Jean-Philippe, merci encore pour la superbe bague que nous avons faite ensemble ! Elle est vraiment géniale et nous en sommes ravis ! L’aventure nous a beaucoup plus et nous vous recommanderons sans hésitation à nos copains! A bientôt! Sophie »

Une information,
un rendez-vous…
Nous restons à votre écoute





Uniquement
sur rendez-vous

Paris
1 rue de Châteaudun
75009 Paris

BORDEAUX
49 rue Camille Godard
33000 Bordeaux