ActualitésQuoi de neuf ?

03Mar
2021

Femme jusqu’au bout des doigts

Avec un prénom comme Stella, nul doute que notre cliente est corse. Et en effet, elle l’est ! Aussi sanguine qu’élégante, aussi déterminée que féminine, je ne connais pas autre femme qui réussisse si bien à concilier vie de maman (de 5 enfants tout de même), d’entrepreneuse et d’épouse dévouée.

en savoir

Dévouée car, mariée à un avocat d’affaires passionné, elle doit parfois affronter seule, mais avec courage, les aléas de journées bien remplies : réveil, enfants, conduites, repas, re-conduites, enfants, activités, re-enfants, re-conduites, intendance, re-repas, problèmes divers…)

Lui, c’est Quentin. Naturellement réservé, il sait se révéler loquace, notamment quand il s’agit de plaider, de défendre un client, de parler de son métier ou à 3h du matin, après quelques verres…

Quentin et Stella sont des amis de longue date. 

Notre homme me contacte un jour pour m’annoncer son intention d’offrir à Stella, pour ses 40 ans, une bague. Une belle bague. Elle n’est pas au courant et souhaite lui en faire la surprise. Nous sommes au moment de la période de Noël. Il est en retard sur le planning et il le sait déjà, la création ne pourra être prête pour le jour J.

Par ailleurs, compte tenu de l’enjeu, je finis par le convaincre d’associer son épouse, en amont, au projet.

Ainsi, est finalement convenu que le 25 décembre, pour la Nativité, une planche de dessins préparatoires, fruits de mes échanges avec Quentin, lui soit offerte. Ce sera l’occasion de lui annoncer son cadeau.

Bague de fiançailles sur-mesure diamants et onyx - haute joaillerie

C’est en janvier que Stella, très excitée et folle de joie, s’investit dans l’aventure. Son caractère bien trempé doit se révéler dans cette bague de haute-joaillerie. Les couleurs sont importantes, les matières aussi. Elle aime les angles, les formes géométriques, l’art déco. Elle souhaite une association délicate entre tempérament, douceur, personnalité et féminité…une bague de femme, en somme !

Les propositions se succèdent, nos échanges aussi. On affine le joyau naissant. Choix du diamant central : 1carat, taille émeraude, F-VS1, entouré de 8 baguettes, aussi pures. Pour contraster avec cette blancheur étincelante, nous y associons de l’onyx, taillé « sur œuvre », c’est à dire sur-mesure. Pour cette occasion, la monture partira dans le Jura, berceau français des tailleurs d’exception. 

La bague se fait désirer. Comme une femme s’apprête avant de sortir, elle s’affine, s’ajuste, se sertit, se polit.  Enfin, tout est prêt…

La voici !

Bague de haute joaillerie sur mesure

24Fév
2021

La bague de fiançailles de Kate Middleton

« Surprenant ! » me direz-vous, d’évoquer ce sujet 10 ans après que le prince William ait demandé la main de Mademoiselle Kate Middleton, aujourd’hui duchesse de Cambridge !

Et pourtant, si l’Atelier MÄHLER se penche sur ce sujet, c’est tout simplement parce-que les bagues de fiançailles de cet été se préparent dès maintenant ! Et curieusement, voilà la 3ème « bague à entourage » que vous nous commandez !

Alors l’occasion est trop belle pour ne pas évoquer avec vous cette belle histoire de la bague de fiançailles de Kate Middleton :

en savoir

De Lady Diana à Kate Middleton, un joyau incontournable de la famille Windsor :

Nous sommes en 1981. Pour ses fiançailles, le Prince Charles offre à Lady Diana une bague provenant d’un célèbre joaillier, officiant pour la couronne royale depuis 1843

Au moment de la tragique disparition de la princesse de Galles, il est convenu que le bijou soit légué à celui des 2 fils qui se mariera le premier. Et c’est William qui, en octobre 2010, déclare sa flamme à Kate. Au moment de la bénédiction des fiançailles,  il offre cette bague majestueuse à sa future épouse. Créée par le joaillier royal Garrard Jewellers, elle est composée d’un saphir birman de 18 carats entouré de 14 diamants.

Détails de la bague de fiançailles de Kate Middleton :

La pierre de centre est une gemme exceptionnelle à plusieurs titres: 

D’une part, elle vient de Birmanie qui produit aujourd’hui les plus beaux saphirs encore disponibles sur le marché. Son bleu intense et velouté en fait une pierre littéralement envoûtante. 

D’autre part, son poids hors du commun fait d’elle une pierre très convoitée. Imaginez que pour obtenir un cristal taillé de 18 carats, il faut un brut d’au moins 45 carats !

Estimation de la bague de fiançailles de Kate :

Pour finir de vous faire rêver, sachez que cette bague, au moment du mariage de Charles et Diana, coûtait 28 000 livres. Aujourd’hui, elle est estimée à 370 000 livres ! Pourquoi ? Il suffit de regarder l’icône qui la porte ! 

De toutes les bagues célèbres, cette bague de fiançailles est donc la plus précieuse au monde. Elle restera dans la famille Windsor pour de nombreuses décennies. Peut-être la verrons-nous sur le doigt des prochaines générations ?

Si la bague de fiançailles de Kate vous fait de l’œil, soyez rassurées ! Chez l’Atelier MÄHLER, nous vous proposons des bagues à entourage faites dans le respect de l’art joaillier à prix beaucoup beaucoup plus doux !

 

27Jan
2021

Les étapes de fabrication d'une bague sur-mesure

D’abord, il y a la rencontre. Indispensable. Une bague sur-mesure n’est pas juste un objet. Elle doit révéler une partie de votre histoire et dévoiler votre caractère et vos envies…Elle est le reflet scintillant et coloré de ce que vous avez de plus précieux : votre cœur. 

en savoir

Étapes de fabrication d’une bague sur-mesure : la rencontre

Ainsi, chez L’Atelier MÄHLER, on commence par vous accueillir au bureau, avec un sourire, un café et surtout beaucoup de simplicité. La vie est déjà tellement compliquée ! Vous laissez donc vos valises à la porte et vous rentrez, légère, pour profiter d’un moment privilégié, juste pour vous. L’objectif : aboutir à la création d’une bague sur-mesure.

Vous avez des idées précises ? Un solitaire diamant ? Où plutôt une bague saphir ? Vous savez donc ce que vous voulez ? Parfait ! La progression de votre création n’en sera que plus rapide !

Vous n’avez aucune idée de ce qui peut vous aller ni même la couleur de votre bijou…une bague de fiançailles en or blanc peut-être ? Vous ne portez pas beaucoup de bijoux et ne maîtrisez pas trop les codes couleurs ? A moins que vous ne préfériez qu’une personne extérieure à votre entourage imagine la monture qui vous irait ? Dans ce cas-là, vous ne vous êtes pas trompée. L’adresse est la bonne. Bienvenue chez L’Atelier MÄHLER.

De nos échanges à bâtons rompus et de votre histoire sortiront des idées, des perceptions, des formes et des nuances. Nous nous quittons alors, vous normalement plutôt satisfaite de cette rencontre et nous, chargés d’une mission sous pression : être à la hauteur !

La première étape de la fabrication de la bague sur-mesure étant terminée, nous plongeons maintenant dans la suivante :

Étape de fabrication d’une bague sur-mesure : L’esquisse de la bague

 

croquis bague

Proposition de gouaché pour une cliente by l’Atelier MÄHLER

 

Commence alors un travail à la fois magnifique et angoissant : traduire en courbes et en croquis ce qui jusque là demeure encore mots et émotions. La gouacheuse est avec moi. Elle est ma main. Je parle et elle dessine. Les croquis apparaissent progressivement. Nous prenons soin de transformer vos expressions et informations en couleurs et mouvements. Votre rigueur devient anguleuse tandis que votre job de responsable de com se pare d’originalité et de légèreté. Vos yeux bleus se reflètent désormais dans un centre céruléen à moins qu’azur et clarté n’apparaissent comme évidence…

Cette phase est d’autant plus importante dans le processus de création sur-mesure de votre bague qu’il s’agit là d’ordonner et de canaliser des idées artistiques. En effet, entre “le délire de l’artiste” et la réalisation technique de votre joyau, il y a parfois un monde! C’est la mission de la dessinatrice!

Après des heures de réflexions et parfois même des recherches historiques, cinq ou six dessins vous seront présentés. Moment de vérité ; nous retenons notre  souffle…En direct ou par message, le retour se fait rarement attendre. Ouf ! Vous êtes séduite ! Vous nous confiez souvent que vous y retrouvez une période de votre vie, un événement, une couleur qui vous correspond…On peut éventuellement rectifier un galbe, une ligne et finalement, le croquis est validé ! En avant !

 

Étapes de fabrication d’une bague sur-mesure : Choisir sa pierre centrale

 

choix des pierres saphir spinelle spahir jaune

Saphir, spinelle gris ou saphir jaune ?

 

Arrive alors le choix de la pierre…En fonction de votre budget annoncé dès nos premiers échanges, nous vous en proposons trois. Pourquoi trois? Parce-que moins, vous vous diriez que le choix est un peu léger et qu’au-delà, vous nous reprocheriez de semer la confusion dans votre esprit !

A cette étape importante, et bien que nos conseils vous accompagnent, vous êtes seules à faire le choix du centre. La pierre doit « vous taper dans l’œil ». Sa beauté est en partie subjective et nous ne pouvons remplacer votre perception du beau. Laissez simplement parler votre cœur. Ecoutez-le ; il vous dira laquelle choisir !

Néanmoins, vous savez probablement que l’on privilégiera les pierres précieuses aux pierres fines pour réaliser  une bague de fiançailles. Pourquoi? Car s’il y a bien une bague qui doit résister aux affres du temps et aux chocs involontaires (bien sur!) qui lui seront infligés, c’est celle-ci! Et la particularité des pierres précieuses, c’est qu’elles sont…dures! Sur une échelle relative allant de 1 à 10, elles caracolent en tête du peloton avec un 10 pour le diamant, un 9 pour les corindons, c’est à dire les saphirs et les rubis et un 8 pour les béryls, dont font partie les tendres émeraudes.

C’est grâce à cette caractéristique précieuse qu’elles traversent le temps, qu’elles se transmettent de mamans et filles, de grands-mères en petites-filles, de générations en générations. Le reste n’est qu’une question de sensibilité. Certaines choisiront le saphir pour la profondeur de son bleu, d’autres le rubis et la passion qu’il évoque, l’émeraude, le diamant aussi… A ce titre, et si vous souhaitez en savoir un peu plus sur le choix des pierres, nous vous encourageons à lire l’article suivant : Au secours ! Quelle pierre pour ma bague de fiançailles ?

Ça y est ! Vous avez choisi votre pierre ! Félicitations ! Votre bague sur-mesure va pouvoir avancer ! Je veux dire…concrètement ! L’étape suivante va commencer !

 

La modélisation 3D – une étape incontournable

Bague de fiançailles en fabrication étape de la modélisation

Réalisation de la modélisation 3D

 

Nous avons le dessin; nous avons également la pierre. Nous allons donc pouvoir modéliser votre projet de bague sur-mesure.

A partir des dimensions exactes de la pierre de centre que vous aurez choisie et de votre tour de doigt, nous allons reproduire le dessin en fonction de ses côtes. C’est une phase très complexe car la pierre définitive n’a jamais la même forme que celle du gouaché que nous vous avons transmis. Il faut donc ré interpréter votre bague en reproduisant les courbes et les formes, les fuites, les espaces et la légèreté. Notre seule obsession : l’élégance.

Votre bague sur-mesure est un joyau : elle se doit de refléter vos attentes, tant en termes d’esthétisme que de finesse. 

Ainsi, une première version vous sera proposée. Elle a pour vocation à valider avec vous les formes générales de votre monture, le galbe de ses courbes, le mouvement de ses anneaux, leur largeur aussi, la position de la pierre par-rapport à son entourage, le mouvement d’une feuille…Aucun détail n’est oublié. Nous la voulons parfaite. 

Votre accord est parfois précédé de questions, de remarques que nous prenons soin de prendre en compte. Une réponse vous est toujours apportée et nous nous assurons de votre compréhension. Notre graphiste quant à lui interprète avec nous vos remarques et les éventuelles modifications demandées. Les anneaux de  la “3D” se parent ensuite de leurs pierres de pavage et de la couleur de l’or choisi. Votre bague sur-mesure vous semble maintenant plus concrète ! Vous réussissez à vous projeter et son rendu réel vous met dans un état d’excitation très touchant !

Nous avons votre “go” pour continuer, alors en avant !

 

Étape de fabrication d’une bague sur-mesure : La cire

 

Fabrication-sur-mesure-Atelier-Mäher-Paris-joaillier1

Après la modélisation 3D… vient la fabrication de la cire.

 

L’étape suivante, c’est la fabrication de la cire. Deux méthodes sont alors utilisées. La cire manuelle ou l’impression 3D. Pour résumer, je dirais que la cire 3D apporte une vraie valeur ajoutée sur la qualité de détails, de symétrie et de technicité de votre future bague sur-mesure. La cire manuelle quant à elle permet de travailler des créations simples avec toute « la noblesse traditionnelle » de la joaillerie. Quoiqu’il en soit, dans les 2 cas, nous obtenons une cire de la forme du bijou final.

Il faut maintenant procéder à la fonte, ou comment transformer cette cire en or. La réponse s’appelle la fonte à cire perdue. Ce procédé consiste à fabriquer un moule de cette cire. Soit en plâtre, soit en caoutchouc, le moule va épouser la forme et les contours de la cire et devient ainsi l’empreinte de votre bague sur-mesure. Une fois le moule créé, on le place dans un four à induction qui, par l’effet de la chaleur, va permettre à la cire de se désintégrer. Le métal est alors chauffé jusqu’à sa fusion, tandis que le moule est placé dans une fondeuse. Envoyé sous pression, l’or va alors prendre la place de la cire. On refroidit l’ensemble en le trempant dans l’eau froide et on obtient alors ce que l’on appelle un brut de fonte. Le fondeur a alors terminé son travail. Nous récupérons votre joyau et tout un travail de joaillerie commence. Il consiste à « rattraper » la fonte.

Cette étape est primordiale et permet déjà d’entrevoir le rendu final. A l’aide d’outils spécifiques, notre chef d’atelier va nettoyer la fonte en caressant la matière.  Aucune partie ne sera oubliée. Il atteindra les ajourages et les petits espaces grâce à des fils qui, par un mouvement de va-et-vient, permettront de dessiner des angles parfaits et de polir les surfaces. C’est également le moment d’assembler les différents éléments de la bague. En effet, il arrive régulièrement que le bijou soit réalisé en plusieurs morceaux qui, une fois rattrapés, seront alors assemblés par soudures entre eux.

L’étape suivante de la bague sur-mesure se prépare : le sertissage.

 

Étape de fabrication d’une bague sur-mesure : Le sertissage

 

Il existe beaucoup de techniques de sertissage. Un artisan est responsable de cette mission : le sertisseur. 

En fonction du type de pierres, de la place dont il dispose, du métal aussi, il va adapter ses grains, affiner les griffes de la pierre de centre et aiguiser son filet. Pour reconnaître la qualité du sertisseur, il suffit par exemple d’observer à la loupe les grains réalisés pour sertir des pierres de pavage. S’ils sont bien ronds et réguliers, alors, notre homme a bien utilisé un perloir, gage de professionnalisme et d’expertise ! Et votre bague sur-mesure n’en sera que plus belle et aboutie ! Ce sont les détails qui font la différence !

Les dernières étapes : Le polissage, rhodiage et fin!

Fabrication-bague-sur-mesure-Atelier-Mähler-polissage

Polissage d’une bague, une des dernières étapes.

 

Votre bague sur-mesure est presque terminée. Nous récupérons la monture sertie et l’apportons à notre atelier. Elle est encore légèrement mate et anguleuse. La presque dernière touche consiste à polir l’ensemble. A l’aide de brosses aux poils de différentes duretés, le polisseur va exercer, là encore, des mouvements de va-et-vient sur la matière. Progressivement, l’or va révéler sa couleur finale et sa douceur !

Est-ce terminé ? Oui, enfin, non ! Disons que cela dépend de la matière utilisée. Si nous avons de l’or jaune, alors oui, c’est terminé ! En revanche, pour l’or blanc, c’est un peu différent. 

Mais tout d’abord, sachez que l’or blanc et l’or gris sont deux appellations pour le même métal. C’est de l’or pur à 75%, donc jaune, dans lequel on mélange d’autres métaux blancs, comme de l’argent par-exemple. Le problème, vous l’aurez deviné, c’est qu’en mixant beaucoup de jaune avec un peu de blanc, on obtient un or 18k jaunâtre, pas très séduisant, et plutôt mat.

Du coup, pour éviter cette couleur, on trempe le métal dans un bain de rhodium qui, soudainement, se pare d’un blanc éclatant! Mais attention, cette fine couche de rhodium s’estompe avec le temps (de quelques mois à quelques années) et très vite, réapparaît l’affreuse couleur jaunâtre ! Intervient alors une nouvelle dénomination: l’or palladié! Qu’est-ce que c’est ? Souvenez-vous de la composition de l’or: 75% d’or pur pour 25% de métal blanc. Et bien à la place de l’argent, on utilise le palladium, métal blanc, de la famille du platine, réputé pour sa dureté et sa résistance. De plus, il donne à l’or une belle couleur grise. Et bien voilà! On trempe ensuite l’or palladié dans un bain de rhodium pour la brillance et hop ! Le tour est joué ! On obtient un bijou sur-mesure resplendissant dont la couleur et la brillance dureront bien plus longtemps que l’or blanc basique. Mais alors: « Et le platine, c’est bien ou pas? » me direz-vous. Le platine est pur à 95%. C’est un métal naturellement blanc, mais bien plus dense que l’or, donc, plus lourd et donc, plus cher ! Et le rendu quant à lui, en comparaison à l’or palladié, est très similaire. Après, c’est une histoire de goût !

Enfin, dernier coup de poli…

Nous déposons délicatement votre bague sur-mesure  sur un tissu de feutre et scrutons à la loupe le travail réalisé. Les pierres resplendissent et les couleurs sont sublimes. Sommes-nous conformes à vos exigences ? Serez-vous satisfaits ? En attendant de la savoir, nous le rangeons avec émotion dans son écrin de velours.

Vous serez la dernière phase du processus. La plus exaltante ! L’aboutissement d’un long travail d’exigence et de précision… L’unité de temps n’est plus la seconde, mais la recherche de la perfection…La porte s’ouvre. Vous retrouvez le bureau de notre rencontre. L’écrin est posé sur la table et semble vous attendre… Impatiente, vous l’ouvrez…

Tentée par l’aventure de l’Atelier Mähler, nous nous ferons une joie de vous accompagner dans votre projet !

 

26Oct
2020

Les couleurs du saphir

Les couleurs du saphir : « Ah bon !! Le saphir n’est pas seulement bleu ! Ça alors ! »

C’est souvent cette réponse que j’entends lorsque je propose, pour une bague de fiançailles par-exemple, des pierres de centre colorées. Au fil de la conversation, je parle évidemment du saphir et de ses déclinaisons toutes aussi étonnantes les unes que les autres. La réponse surprend souvent mes interlocuteurs. Focus sur les couleurs du saphir !

en savoir

D’abord, il faut savoir que le saphir appartient à une famille de gemmes qu’on appelle les corindons. Il partage la vedette avec un autre membre tout aussi fameux de cette famille : le rubis ! Et en effet, quoi de plus élégant que le contraste entre le rouge sang d’un rubis et la pureté de diamants d’épaules ou d’entourage…

Ainsi, saphirs et rubis sont des corindons. Ils ont la même structure cristalline et ce qui les différencie, c’est leur couleur ! Pour faire simple, disons que dans les corindons, tout ce qui n’est pas rouge est saphir. Le reste sera donc rubis !

Bague de fiançailles sur-mesure rubis, diamants et or jaune

Intéressons nous maintenant aux saphirs.

L’origine de ce mot vient de l’hébreu sappîr qui signifie « pierre bleue ». C’est vers 1800 que l’on a découvert que les rubis et saphirs étaient des variétés de corindon.

Mais très vite, seule la variété bleue fut appelée saphir, les autres prenant des noms trompeurs comme « péridot impérial » pour le saphir vert ou encore « topaze orientale » pour le jaune !

Bague de fiançailles sur-mesure saphir vert, diamants et or jaune

Aujourd’hui, c’est très simple : les saphirs de couleur autre que le bleu sont désignés par « saphir + couleur ». On trouve ainsi du saphir vert, orange, rose, jaune, brun, blanc, du noir… et la liste est longue !

Bague de fiançailles sur-mesure Atelier MÄHLER

Mais d’ou vient cette couleur ?

Et bien pour obtenir un cristal, il faut d’abord de la matière en fusion. On la trouve dans les entrailles de la terre. Au moment du refroidissement, la matière se cristallise, piégeant certains atomes chromateurs.

Ainsi, le bleu est attribué à la présence de fer et de titane, le vanadium nous donne le violet, le chrome le rose tandis que l’association vanadium et fer nous offre les plus beaux oranges !

Bague sur-mesure saphir rose et or blanc - joaillerie paris

Et voilà ! Et si d’aventure, vous souhaitez connaître la liste des éléments chromateurs, apprenez donc cette formule magique : « Ti-va-chro-man- fer-co-ni-cu ? » Avec cette indication, seriez-vous capable de les citer?

 

24Sep
2020

Fiancés : Connaissez-vous l’origine des fiançailles ?

Connaissez-vous l’origine des fiançailles ?

A cette question, je sais déjà ce que vous allez me répondre :

– « Ben oui ! On se fiance car nous nous aimons et que nous souhaitons ainsi, par ce 1er engagement, officialiser le début d’un temps de discernement qui nous confirmera, ou pas, que nous sommes faits l’un pour l’autre ! »

Et vous aurez raison ! « Mais là, je vous parle plutôt de l’origine des fiançailles »… Silence éloquent…!

en savoir

-Et bien cela remonte à l’Antiquité romaine.

A cette époque, la coutume veut que le couple s’échange un anneau de fer ou de vermeil. Pourquoi un anneau ? Tout simplement car il représente un amour sans fin… Chacun le porte à l’annulaire gauche car par là passe une veine menant directement au cœur.

Cette tradition perdure jusqu’au Moyen-Age.

Origine des fiançailles : bague Antiquité - Atelier MÄHLER

1477, une nouvelle tendance de bague de fiançailles…

Mais un beau jour de 1477, un certain Maximilien de Habsbourg offre à Marie de Bourgogne un anneau serti d’un diamant. Une nouvelle tendance naît alors : la bague habillée de diamants, pierre extrêmement dure aux caractéristiques physiques exceptionnelles, devient alors le symbole d’un engagement fidèle.

Et comme l’amour est source d’inspiration, des variations de l’anneau apparaissent et des couleurs jaillissent des montures qui se parent de saphirs, rubis ou autres émeraudes…

Bagues de fiançailles by l'Atelier MÄHLER - Saphir, diamants, or blanc, or jaune, spinelle

 

Origine des fiançailles : l’arrivée du géant Beers

Mais finalement, c’est en 1940 que le géant mondial du diamant de Beers, à l’occasion d’une campagne de publicité absolument géniale, va définitivement marquer dans l’inconscient collectif l’association incontournable de la pierre précieuse, des fiançailles et de l’amour, par des slogans du style : « Le diamant est éternel » ou encore « Les diamants sont les meilleurs amis d’une femme ».

Origine des fiançailles : bague de fiançailles solitaire diamant

Mais attention : Si une bague est le symbole d’un engagement amoureux, il ne fait pas tout ! L’amour se partage à deux et vient d’abord du cœur !

22Sep
2020

Au secours ! Quelle pierre pour mes fiançailles?

Parmi les futures fiancées rencontrées, il y a les rêveuses, celles qui s’y prennent à la dernière minute, les « je sais exactement ce que je veux » et les indécises.

C’est plutôt à ces dernières que ce post est destiné, quoique…

en savoir

La pierre pour votre bague de fiançailles : pierre précieuse ou pierre fine ?

Pour commencer, vous devrez sélectionner la pierre de centre. On la choisit principalement parmi les 4 pierres précieuses. Et pourquoi me direz-vous ? Parce- qu’elles offrent une très bonne dureté ! Vous porterez votre bague de fiançailles tous les jours de votre vie. Elle sera soumise aux chocs, aux agents extérieurs, aux frottements…Mieux vaut que la pierre soit solide !

Vous avez donc le choix entre diamants, saphirs, rubis et émeraudes.

Le diamant est la pierre la plus dure (dureté de 10). Elle est synonyme de pureté et de fidélité. Il a un éclat adamantin qui lui permet de scintiller de 1000 feux ! Il se monte sur de l’or blanc, du platine ou de l’or jaune. C’est une pierre très chère.

Bague de fiançailles sur-mesure or jaune et diamants

Le saphir comme le rubis font parti de la famille des corindons. Ils ont les mêmes caractéristiques techniques, donc la même dureté : 9.

Le saphir est souvent choisi bleu bien qu’il offre une multitude d’autres couleurs fascinantes: vert, jaune, rose, gris, incolore ou encore orange…

Le bleu se décline en un grand nombre de nuances. La plus recherchée est le bleu royal ; c’est aussi la plus chère. Plus on l’éclaircit et plus les prix s’adoucissent !

Il s’accorde avec tous les caractères, les couleurs et les envies. C’est une valeur sure !

Bague de fiançailles sur-mesure, saphir ovale et diamants - Atelier MÄHLER

Pierre pour mes fiançailles : Emeraude et rubis

Le rubis quant à lui est la pierre de la passion. Son rouge le plus subtil est le « sang de pigeon » de Birmanie. C’est le plus rare et ses prix peuvent atteindre des sommets.

Quoiqu’il en soit, ces 2 pierres se marient parfaitement bien avec les ors blanc ou jaune, bien que ce dernier révèle une facette plus classique de la personnalité.

Bague de fiançailles sur-mesure, rubis & diamants

Enfin, il vous reste l’émeraude. De dureté 8, elle est réputée plus fragile que les autres. En effet, sa ténacité, c’est à dire sa résistance aux fractures internes, est faible. Il faut alors privilégier les sertis clos qui réduiront l’impact d’un choc, à moins de choisir une pierre de très belle qualité !

Bague de fiançailles - Emeraudes & diamants et saphirs

Et le choix de la monture ? Le plus simple, c’est de nous appeler !

A bientôt pour trouver la pierre parfaite pour votre bague de fiançailles !

10Mai
2020

A la découverte du spinelle

Nous vous proposons aujourd’hui de nous attarder sur l’une des plus fascinantes des pierres fines: le spinelle. Et oui! Le spinelle n’est pas une pierre précieuse. Il pourrait. Mais non. En revanche, il se peut qu’il le devienne un jour ! C’est peut-être pour cela qu’il prend tous les jours un peu plus de valeur ? Qui sait ?

A cet instant, j’en entends déjà certains d’entre vous grommeler : « Mais de quoi parle-t’il ? Spinelle ? Connais pas ! » Sans plus attendre, focus sur cette pierre légendaire.

en savoir

Légendaire, oui ! Elle a fait couler beaucoup d’encre ! Imaginez par-exemple que le « Rubis du Prince Noir », célèbre pierre ornementale de la couronne d’Angleterre, de couleur rouge intense, soit en réalité un spinelle de 170cts. Il a fallu attendre la naissance de la gemmologie et les progrès en physique et chimie pour découvrir la supercherie ! Drôle de surprise pour nos amis d’Outre-Manche !

Oui, vraiment, le spinelle a tout d’une grande :

La dureté d’abord. Elle est de 8 sur l’échelle de Mohs, comme l’émeraude, les topazes et d’autres encore.

L’éclat ensuite. Quel éclat ! Identique à celui du diamant, la pierre, quand elle est bien taillée, devient extrêmement lumineuse et scintillante.

Sa couleur : Cette gemme existe dans presque toutes les couleurs mais sa variété la plus prisée est d’un rouge voisin de celui du rubis. On atteint alors des sommets !

L’origine de toutes ces nuances provient de la présence, lors de la cristallisation, de chrome, de fer, de vanadium.

Le spinelle partage les sites où l’on trouve le saphir et le rubis. Ainsi, les principaux gisements alluvionnaires se situent au Myanmar, mais aussi au Sri-Lanka ou encore en Afghanistan.

Quant aux deux plus gros spinelles jamais découverts, ce sont des cristaux octaédriques roulés, pesant chacun 520ct et conservés au British Museum, à Londres.

Si vous avez un jour l’occasion de vous offrir un spinelle, faites-le ! Cette pierre se remarque. Elle est intrigante et vraiment atypique. Encore méconnue, elle mérite largement d’être portée et magnifiée sur des montures élégantes et raffinées.

Vous voulez en savoir plus sur le spinelle ? Vous pouvez bien sur contacter l’Atelier Mähler !

14Avr
2020

Pendant le confinement, nous travaillons!

Vous êtes nombreux à prendre contact avec l’Atelier MÄHLER en cette période aussi inédite que désarmante. Merci de tout cœur de votre fidélité et de l’intérêt que vous portez à notre travail.

Vos questions sont nombreuses : quid de ma bague de fiançailles sur-mesure ? Sera t’elle prête à temps ? Peut-on passer commande d’une nouvelle création ? Travaillez-vous ? L’atelier est-il ouvert ?

Voici donc le point sur la situation :

en savoir

D’abord, l’Atelier MÄHLER n’est jamais totalement fermé ! Nos clients fidèles le savent : même un 15 août, vous aurez quelqu’un au bout du fil ! Les mesures actuelles de confinement ne font donc pas exception à cette règle: Oui, nous travaillons, mais différemment.

Ensuite, comme la plupart d’entre vous dans vos activités professionnelles, nous avons dû nous adapter….et faire contre mauvaise fortune bon cœur ! C’est l’esprit de la maison : Haut les cœurs !

Alors, malgré la fermeture de notre atelier, l’impossibilité de fondre l’or ou de sertir vos pierres, nous pouvons néanmoins assurer les étapes primordiales de toute bague de fiançailles sur-mesure ou autre création unique : la rencontre, les échanges, les propositions de dessins et la modélisation !

« Quoi !? Des rendez-vous par téléphone, est-ce vraiment possible ? » Et oui! Absolument !

D’ailleurs, ce fonctionnement n’est pas tout à fait nouveau chez l’Atelier MÄHLER. Nous le pratiquons régulièrement à l’occasion de commandes passées par des clients en province ou à l’étranger. Ainsi, nous avons pu, grâce à cela, réaliser des bagues de fiançailles sur-mesure et d’autres bijoux uniques pour le Luxembourg, Singapour, la Suisse, l’Autriche, le Sénégal, le Canada…

Cette phase préliminaire et ô combien importante prend en moyenne 3 semaines : un rendez-vous téléphonique, un 2ème si besoin, une réflexion et une recherche de dessins qui vous sont envoyées. Puis, vos commentaires et retours permettent d’affiner le projet, de retoucher la courbe d’une volute, d’un entourage ou encore la dimension d’une pierre de centre…

Enfin, une fois la bague de fiançailles sur-mesure écrite, il faut la modéliser…quelques jours supplémentaires seront nécessaires avant de la découvrir en 3 dimensions. Il sera encore temps de modifier quelques traits ou mouvements. Et puis ça y est ! Joie ! Vous découvrez enfin votre bijou à travers son volume et ses couleurs…!

Il sera alors grand temps de ré-ouvrir les ateliers de fonte, de joaillerie, de sertissage…Le printemps, bien installé dans les jardins, la nature, les rues et les cœurs, vous sourira avec délice !

Nous reprendrons le cours de votre bague de fiançailles sur-mesure avec le plus grand soin pour vous la livrer à temps pour l’évènement tant attendu !

D’ailleurs, nous vous informons qu’un certain nombre de créations attendent déjà patiemment leur tour…La vôtre en fait peut-être partie ? Sinon, il est encore temps de nous contacter !

Nous vous souhaitons patience et courage !

09Avr
2020

René Boivin

J’ai souvent entendu dire de l’Inde par des voyageurs aux longs cours qu’on tombe amoureux de ce pays ou bien qu’on le déteste. Mais ce qui est sur, c’est qu’on n’y reste jamais indifférent.

C’est un peu la même chose avec René Boivin.

en savoir

Français, il nait en 1864 dans une famille d’orfèvres. Dès lors, l’esthétisme, la noblesse des matières, les mouvements des motifs et la couleur qui l’entourent joueront certainement un rôle crucial dans sa vision de l’art et de la séduction.

Ses parents meurent très jeunes et, après un séjour comme apprenti chez son frère ainé orfèvre, Victor, il s’installe en 1893 rue de Turbigo, à la tête d’un atelier de joaillier qu’il rachète.

Peu de temps après, il épouse Jeanne Poiret, soeur de Paul Poiret, qui, en plus d’être une femme aimante, se révèlera une collaboratrice et designer extraordinaire. Ils travailleront ensemble main dans la main jusqu’au décès prématuré de René, en 1917.

Néanmoins, le style Boivin était né : les formes épurées, les associations de matières, le contre courant et le sur-mesure hissent rapidement la Maison au rang d’incontournable. Le tout Paris chic et tendance se presse dans les Ateliers pour se faire faire LE bijou unique, exempt de signature et de poinçon, car le style parle de lui-même…!

En 1920, Suzanne Belperron rentre chez Boivin en tant que styliste et réalise les dessins sous l’impulsion de Jeanne et son esprit extrêmement créatif. Issue de l’Ecole de Beaux Arts, elle perpétue l’esprit du créateur tout en instaurant son style : Ainsi, alors que l’Art déco ou « les ronds dans des carrés » fait fureur, elle dessine et conçoit des bijoux massifs mais tout en rondeur, en courbes et en volutes. Et ça marche !

Jeanne Boivin meurt en 1959. Suzanne Belperron a quant à elle quitté l’entreprise depuis 27 ans. Louis Girard en reprend les rennes sans grandes convictions et les transmet rapidement à la baronne Marie-Caroline de Brosses puis au groupe Asprey du Prince Jefry, frère du sultan de Brunaï, en 1991.

Ce sera alors la fin de l’histoire Boivin, mais le début d’un mythe.

Aujourd’hui, les bijoux non signés s’arrachent à prix d’or dans les salles de vente…Alors, si un jour par hasard vous croisez un bijou Boivin, vous vous surprendrez à « adorer » ou « réprouver », mais ce qui est sur, c’est que, tout comme l’Inde, vous ne resterez pas indifférente devant ce quelque-chose de sensuel et d’envoutant qui s’en dégage…

 

L’Inde, moi, j’ai adoré.

02Avr
2020

Carnet de voyage: une journée au Sri-Lanka

La morosité s’est installée sur la France…Le contexte actuel vous déprime?  Envie de voyages, de nature, de dépaysement et de contrées lointaines? Alors laissez nous vous emmener au Sri Lanka, à la recherche des bruts de saphirs, un matin shopping comme les autres…

en savoir

08h du matin quelque part aux alentours de Ratnapura. Nous sommes au centre-sud-ouest de l’île et à l’heure qu’il est, l’animation dans ce quartier spécialisé bat son plein ! Ici s’achètent et se vendent des pierres brutes. Par centaines.

Le scooter est notre dernier rempart avant la charge incessante des mineurs businessmen. Nous voilà garés…et déjà submergés !

Il faut alors savoir faire preuve de fermeté tout en se montrant coutumiers de ce genre de ballet. Peu parler. Ne regarder que les pierres, pas les visages. Et surtout commencer par rendre un brut intéressant tout en feignant son désintérêt le plus total. Et oui ! Acheteur de pierres est un vrai métier!

 

Une fois en main, le minéral souvent informe ne révèle que peu d’éléments : opacité, inclusions et doutes surgissent. Il vous faut alors vous munir d’un outil essentiel : une torche. Elle vous permettra de lire le cristal à travers son enveloppe extérieure et de découvrir ainsi son potentiel réel.

C’est l’éclairage de biais qui est alors de mise. Il favorise le passage de la lumière et, avec de l’expérience, du savoir-faire et une petite dose de chance, vous pourrez imaginer la pierre taillée et sa couleur. Vous avez intérieurement sélectionné votre brut ? Faites le comprendre à votre vendeur !

La 2ème partie de l’aventure débute. C’est la plus longue. Par un jeu habile de mimiques démonstratives, vous devrez vous montrer tantôt scandalisé, tantôt optimiste, parfois souriant mais surtout indigné, découragé ou finalement désintéressé… Bref, un vrai jeu d’acteur !

Et si finalement vous obtenez gain de cause, dites-vous que votre interlocuteur fait encore une affaire. Mais c’est bien ainsi car, au final, cela lui permettra de s’offrir le soir une « Lion Stout », la bière du pays à la robe impénétrable, pour un lendemain identique au précédent.

Je vous emmène ?

    Une information,
    un rendez-vous…
    Nous restons à votre écoute





    Uniquement
    sur rendez-vous

    Paris
    1 rue de Châteaudun
    75009 Paris

    BORDEAUX
    49 rue Camille Godard
    33000 Bordeaux