logo Atelier Mähler

Menu

logo Atelier Mähler

Newsletter

Nouveautés et avant premières

Coordonnées envoyées

Comment souhaitez-vous être contacté ?

La beauté des pierres : Quand technique et émotions se rencontrent…

Je vous propose un petit rappel sur ce qui caractérise la beauté d’une pierre fine ou précieuse. Car la beauté, nous aurions tendance à dire qu’elle est subjective ! Et c’est vrai ! Cependant, en se penchant sur la question, on réalise qu’en fait, c’est la couleur qui est subjective : elle plait à l’un mais pas à l’autre…

Or, la beauté d’une pierre, ce n’est pas seulement sa couleur mais d’autres paramètres…Creusons un peu :

En préambule, il faut se souvenir qu’une pierre est avant tout une gemme. Dans le dictionnaire, une gemme caractérise toute matière organique ou minérale servant à l’art de la parure, de l’ornement ou de la décoration.

Ainsi, les gemmes ne sont pas seulement des pierres, mais peuvent également provenir de matière organique, c’est à dire vivante ! Et en effet, c’est le cas du corail, utilisé chez Dior, entre autre, mais aussi de la perle, de l’ivoire ou encore de l’ambre.

On se retrouve donc avec toutes ces gemmes dont on dit que certaines sont « de qualité gemmes ».  Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

Les gemmes « de qualité gemmes » sont celles qui ont passé avec succès l’épreuve « joaillerie or not joaillerie ». On considère qu’elles réunissent suffisamment de critères pour être utilisées dans l’univers très sélectif de la joaillerie. Les autres, quant à elles, se contenteront de l’univers « fantaisie », serties en pendentif par-exemple (comme souvent l’ambre).

Mais revenons sur nos gemmes « de qualité gemmes ».

Leur beauté ainsi reconnue s’articule autours de 3 critères :

– la rareté

– la « beauté technique »

– la durabilité

1) La rareté agit sur le prix. Nous connaissons tous le sophisme commençant par : « tout ce qui est rare est cher ». Ce principe s’applique effectivement pour les pierres.

Par-exemple, le prix moyen de la tourmaline, pierre fine aux couleurs allant du vert au rose, se situe à 300€/ct.

Mais la tourmaline Paraïba, originaire de l’état de Paraïba, au nord-est du Brésil, offre une couleur « mer du sud » totalement inédite et fascinante (cette couleur est due à la présence, en forte dose, de manganèse et de cuivre).

tourmaline paraiba lateliermahlerTourmaline Paraïba

 

La rareté de cette gemme, associée à sa couleur exceptionnelle et la difficulté d’en extraire des poids importants la positionne à un prix avoisinant les 8000€/ct.

Malgré sa rareté, elle reste pierre fine, mais chère.

2) La « beauté technique » se décompose en 4 critères : la couleur, la pureté, la taille et le poids.

Ces indicateurs vous rappellent certainement les « 4C » bien connus du diamant (Color, Clarity, Cut et Carat).

Et s’ils servent à estimer rapidement le prix d’un diamant, ne laissant que très peu de place à l’émotion et l’interprétation, ils aident également à l’estimation des pierres de couleurs.

Certes, la couleur reste subjective, mais les 3 autres critères permettent d’asseoir une évaluation de prix sur des constats réels (le poids, la pureté et la taille).

Le poids d’une gemme se calcule en carat. 1 carat représente 0,2 grammes. Donc, pour mémoriser, 5 carats représentent 1 gramme.

A la pureté correspond une échelle. Plus la pierre est incluse, plus elle est habitée d’impuretés qui la ternissent, lui font perdre de son brillance, de sa transparence et de son prix ! Notez tout de même que la présence d’une inclusion ou deux n’est pas rédhibitoire AU contraire, à condition qu’elle soit bien placée, cela permet de s’assurer que la pierre est naturelle ! !

pendentif emeraude latelier mahler

Inversement, une pierre totalement pure, accompagnée d’un certificat attestant de son authenticité, peut atteindre des prix bien supérieurs à son homologue moins gâtée !

Enfin, la taille représente la manière dont la gemme est taillée (équilibre des facettes, symétrie des angles, proportions entre culasse et table…). Autant d’éléments qui vont favoriser la fluidité du déplacement de la lumière à l’intérieur de la pierre et améliorer son éclat.

3) En dernier point, il y a la durabilité. Ce terme un peu barbare regroupe 3 propriétés fondamentales en gemmologie :

– la dureté

– la ténacité

– la stabilité

La dureté correspond à la résistance aux chocs. Elle s’établit sur une échelle de 1 à 10 et a été inventée par Frédérik Mohs, minéralogiste allemand en 1812. Il a réuni les 10 minéraux les plus courants à la surface de la terre et a ainsi tenté de les rayer entre eux. Il a vite fait le constat que certains étaient plus durs que d’autres. L’échelle relative ainsi élaborée commence à 1, avec le gypse et se termine à 10, avec le diamant.

echelle de mohs dureté pierres

Tiens, tiens : le diamant a une dureté de 10 ; les saphirs et les rubis de 9 et l’émeraude de 8…Et bien voilà donc notre indicateur qui permet de basculer de pierre fine à pierre précieuse !!

La ténacité, elle, est la résistance aux fractures internes. Citons le cas de l’émeraude qui, de part la présence possible de « jardins » ou fissures internes, reste une pierre à faible ténacité, donc fragile.

Enfin, la stabilité quant à elle correspond à la résistance aux agents chimiques et aux rayonnements. Et oui ! Certaines pierres ou matières organiques sont instables ! Citons par-exemple le cas de la perle qui, soumise à des produits corrosifs comme ceux de la vaisselle, l’eau de javel ou les détartrants, mourra purement et simplement de ce traitement radical ! Elle deviendra grise, sans teint et perdra son orient !

En conclusion, la beauté d’une pierre s’avère être souvent technique.

Mais si vous devez ne retenir qu’une chose, c’est qu’avant de prendre en compte toutes ces considérations, laissez parler votre cœur ! Si vous « flashez » sur une pierre, alors, n’hésitez plus : c’est qu’elle vous aura choisi !

Et l’Atelier MÄHLER permet à beaucoup de pierres de trouver leur propriétaire….D’ailleurs, le prochain, c’est peut-être vous !