logo Atelier Mähler

Menu

logo Atelier Mähler

Newsletter

Nouveautés et avant premières

Coordonnées envoyées

Comment souhaitez-vous être contacté ?

Pourquoi dit-on que l’émeraude est fragile ?

L’autre jour, je parcourais les échanges écrits entre lectrices d’un blog très féminin…Le sujet : « Mon émeraude s’est cassée ! Que faire ! »
Pas moins de 75 commentaires (en moins de 24h), riches d’arguments, de conseils, de vérités et d’expériences personnelles accompagnaient ce sujet visiblement très inspirant. Au final, à part se constituer une photothèque évocative de très belles bagues de fiançailles, rien de très « technique » ne permettait d’en savoir un peu plus sur ladite fragilité de cette gemme mystérieuse. Alors, en avant : Focus sur l’émeraude !

On estime l’apparition de l’émeraude à 4000 ans avant JC. Elle était alors une monnaie d’échange en Egypte, sur les marchés de Babylone.
Je ne vous parlerai donc pas du collier de la séduisante reine Cléopâtre ou de la légende selon laquelle cette pierre serait tombée du front de Lucifer lorsque ce dernier fut chassé du Paradis, ni du fait qu’elle serait tout simplement le joyau du Saint Graal. Non. Là, c’est plutôt de gemmologie dont il faut parler.

En effet, Parmi les caractéristiques des pierres, il y a la dureté (c’est la résistance aux chocs externes selon une échelle allant 1 à 10. Pour info, celle de l’émeraude, de la famille des béryls est de 8 contre 10 pour le diamant), la stabilité (c’est la résistance aux rayonnements lumineux, aux produits corrosifs…) et la ténacité (résistance aux chocs internes).
L’émeraude a une faible ténacité. Cela signifie que l’onde générée par un choc externe peut provoquer, non pas en surface mais dans la pierre, de gros dégâts. J’ai ainsi lu l’autre jour dans le blog en question que certaines des pierres avaient ainsi été fissurées.

Vous avez probablement remarqué que certaines émeraudes sont habitées de “jardins“. Ce sont en réalité des fissures (ou des givres) provoquées par une cristallisation (c’est à dire un refroidissement de la matière en fusion) sous haute tension. Certaines de ces fissures peuvent même atteindre la surface de la pierre (on parle alors de givres ouverts). Elle n’en sera alors que plus fragilisée.
D’autres restent internes et formeront alors un « paysage » : les fameux jardins. Elles seront un peu moins fragiles que les premières, mais toujours potentiellement cassantes.

Ajouter à cela que l’émeraude est très sensible à la chaleur et que toutes les précautions doivent être prises avant d’en approcher un chalumeau, ou un four bien chaud dans lequel mijote le bon poulet dominical.

Enfin, sachez que les plus belles qualités d’émeraudes n’ont pas de givre (colombiennes le plus souvent). Celles-ci sont alors aussi solides que l’aigue-marine ou la morganite, deux jolis béryls plus ou moins connus, l’un bleu et l’autre rose.
Mais consolez-vous : les inclusions de cette pierre, quand elles ne sont pas trop nombreuses, sont un gage d’authenticité par-rapport aux pierres de synthèse et aux imitations !

Pour le reste, nous nous tenons à votre disposition !