logo Atelier Mähler

Menu

logo Atelier Mähler

Newsletter

Nouveautés et avant premières

Coordonnées envoyées

Comment souhaitez-vous être contacté ?

Mohs, c’est qui, c’est quoi?

Certaines pierres sont dites fines, d’autres précieuses. Ce qui fait leur différence tient en trois caractéristiques: la rareté,  la beauté et la durabilité (“la quoi??” – “la durabilité, c’est bien ça!”)

Et cette durabilité se décompose elle-même en trois critères: la dureté, la ténacité et la stabilité.

Et voilà qu’apparaît cette notion de dureté!

La dureté, c’est la capacité d’une pierre à résister aux rayures et aux chocs de surface. Là, tout de suite, on comprend que cette notion de dureté doit probablement représenter un élément important dans la qualification d’une pierre. Bien sur!

Le diamant a une dureté de 10; les corindons (c’est à dire les saphirs et les rubis) de 9. Quant à l’émeraude, elle a une dureté de 8. Et voilà! Les 4 pierres précieuses ont été nommées! La dureté, c’est donc un facteur essentiel dans l’obtention du label “pierre précieuse”…

Pourtant, on pourrait se poser la question suivante: ” quand on me dit: le diamant a une dureté de 10, qu’est-ce que ça veut dire?”

L’explication nous vient d’un minéralogiste allemand, Friedrich Mohs qui, en 1812, a décidé de mesurer la dureté des minéraux. Il a donc regroupé les 10 matières minérales terrestres les plus courantes et les a comparées entre elles. Progressivement, il a constaté que l’une rayait l’autre, elle-même rayée par une 3ème…et ainsi de suite. L’échelle relative de Mohs prenait forme. Au final, cette échelle va du 1 à 10.

Le 1 correspond au talc, le 2 au gypse, le 3 à la calcite…jusqu’au 10, vous le savez déjà.

Sachez à ce sujet qu’on monte en bague des pierres de dureté de 7 (quartz) et plus. En dessous…attention!! Ce n’est pas impossible, mais vous aurez “une bague de cocktail”, à ne sortir qu’exceptionnellement et ponctuellement!

Quant à la ténacité et la stabilité, je ne vous en dis pas plus aujourd’hui…la suite une prochaine fois!